Le choix de nos aliments ne joue pas seulement sur l’apport d’énergie, le transit intestinal ou la fatigue. Il agit également sur le pH de notre corps.

Or l'alimentation actuelle a tendance à déstabiliser notre équilibre acido-basique en l’acidifiant. Voici quelques informations pour savoir quels aliments privilégier afin de s'en protéger.

 

PH du corps humain

Le pH est une grandeur physique sans unité qui caractérise l’acidité (de 0 à 6-7) ou la basicité (de 7-8 à 14).

Pour fonctionner correctement, les cellules de notre organisme doivent présenter un pH neutre, compris entre 7,38 et 7,42 très exactement. Si le pH descend trop, on parle d'acidose ; s’il monte, on évoque une alcalose.

Le corps maintient constamment l'équilibre acido-basique par le biais de la respiration ou encore des reins. C’est une question vitale.    

 

Aliments acidifiants et alcalinisants

Certains aliments, dont le métabolisme produit des acides, ont tendance à abaisser le pH de nos cellules. On dit alors qu’ils sont acidifiants. C’est le cas particulièrement des produits carnés, des laitages d’origine animale et des céréales raffinées.

D’autres aliments, tels que les fruits et légumes, sont riches en minéraux alcalinisants : potassium, calcium ou encore magnésium. Ces aliments vont augmenter légèrement le pH de notre organisme.

Le caractère acidifiant ou alcalinisant ne dépend pas du pH de l’aliment lui-même mais des éléments qui résultent de sa digestion. En effet, malgré son pH autour de 3 en raison de l’acide citrique qu’il contient, le citron est un fruit alcalinisant.

Pour connaître l’effet d’un aliment sur notre pH, on se réfère à l’indice Pral qui signifie « charge acide rénale potentielle » et s’intéresse au pH des urines. Un indice Pral positif renseigne sur le caractère acidifiant d’un aliment. Par exemple, la viande de bœuf présente un Pral de 11.3, l’œuf de 7.2, le camembert de 13 et les corn flakes de 2.8. Au contraire, un indice Pral négatif caractérise un aliment alcalisant tel que la laitue (-2.2), les épinards (-10.3) et la banane (-6.9). 

 

Effets d’une alimentation acidifiante

Une alimentation riche en viandes, poissons, fromages et céréales raffinées peut conduire à un déséquilibre acido-basique : les ions H+ issus du métabolisme de ces aliments provoquent une acidité chronique de notre salive et nos urines, néfaste pour l’organisme (ex : l’acidification des urines est connue pour favoriser les calculs rénaux).

En cas d’acidose, le corps met en œuvre tous les moyens biochimiques à sa disposition pour neutraliser les éléments acides avec des éléments alcalins. Ce phénomène est nommé « effet tampon ». S’ils ne sont pas apportés par l’alimentation, l’organisme va les puiser dans nos organes. Ainsi, du calcium et du phosphore peuvent être prélevés dans les os pour combattre les ions H+, avec des dommages collatéraux tels que la fragilisation osseuse et l’ostéoporose. De même, l’effet tampon peut faire intervenir la glutamine puisée dans les muscles. La mobilisation de cet acide aminé risque d’entraîner, chez les femmes ayant de faibles apports protéiques, une perte de masse musculaire.

Avec l’âge et la fatigue rénale, l’effet tampon peut être moins performant et favoriser l’installation d’une acidose chronique.

 

Lutter contre l’acidification via le contenu de notre assiette

Nos choix alimentaires peuvent aider l’organisme à maintenir un pH neutre. Voici quelques conseils simples qui rejoignent les principes généraux d’une alimentation équilibrée.

  1. Favoriser les fruits et les légumes

Avec leurs minéraux alcalinisants, les fruits frais, légumes crus ou cuits, légumineuses peuvent être consommés à volonté !

-> S’il vous est difficile certains jours de les mettre au menu, optez pour des solutions rapides : buvez un jus de citron additionné d’eau, croquez dans une pomme ou une carotte, grignotez une poignée de noisettes…

  1. Eviter les céréales raffinées

Bien que d’origine végétale, les produits céréaliers sont de nature acidifiante. Par exemple, la farine de blé a un indice Pral de 9.1, le riz blanc de 1.6 et les flocons d’avoine de 1.7. En outre, plus la céréale sera raffinée, plus elle sera acidifiante.

-> Privilégiez les céréales complètes ou demi complètes moins raffinées que les céréales blanches. Elles apporteront plus de fibres et de minéraux et seront moins acidifiantes ! Par exemple, Ma Vie Sans Gluten propose des pâtes Mini penne au riz complet.

  1. Limiter la surconsommation quotidienne de produits animaux

Viandes, poissons, œufs, fromages : l’excès d’aliments d’origine animale favorisent la production d’ions H+ et donc l’acidose.

-> Misez sur plus de végétarisme !

 

 

En conclusion, l’alimentation a un pouvoir considérable sur la régulation de notre pH corporel. Voilà encore une bonne raison de choisir avec soin ses aliments afin de se faire plaisir et « chouchouter » son corps !

Produits en lien

Autres articles