Le sorgho est, parmi les céréales majeures, celle qui possède le plus grand potentiel de développement.

Aliment de base depuis des siècles en Afrique et en Asie, le sorgho a été cultivé quelques temps en Europe avant d’être abandonné au XVème siècle. A l’instar des États-Unis où il est devenu la nouvelle coqueluche, nous ferions bien de renouer avec le sorgho. Écologique, polyvalente, nourrissante, sans gluten : cette plante est véritablement une céréale d’avenir !

 
Quelle tête ça a le sorgho ?

Vous vous êtes peut-être déjà promené(e) à côté d’un champ de sorgho sans y faire attention car la plante ressemble plus ou moins au maïs. Mais en vous approchant de plus près, vous auriez découvert, à la place des épis jaunes, un plumeau parsemé de petites graines rouge-orangées.

 

C’est quoi cette plante ?

Le sorgho (on peut aussi écrire sorgo) est une céréale de la famille des Poacées tout comme le blé, le riz ou le millet.

Le sorgho est originaire d’Afrique, probablement d’Éthiopie, et pousse très bien dans les régions tropicales et méditerranéennes.
Il possède des racines très longues lui permettant d’aller chercher profondément dans le sol de quoi se nourrir et pousser. C'est une plante de climat chaud mais, comme pour le maïs, la sélection a permis de créer des variétés cultivables en pays tempérés. En Europe, sa culture reste cependant cantonnée aux pays méditerranéens.

 

Une plante écolo qui a le vent en poupe ?

En France, le sorgho est cultivé sur un peu moins de 100 000 hectares mais, dans les régions touchées régulièrement par la sécheresse, les agriculteurs se mettent à le semer de plus en plus. C’est notamment le cas dans le Sud-Ouest où le sorgho commence à supplanter le maïs.

Le sorgho présente en effet de nombreux avantages :

  • il est le champion de la photosynthèse -> certaines variétés terminent leur cycle en moins de trois mois, ce qui autorise plusieurs récoltes par an
  • il supporte parfaitement les fortes chaleurs, atout précieux face au réchauffement climatique -> son besoin en irrigation est de 40% inférieur à celui du maïs
  • sa culture demande moins d’engrais et de travail que le maïs, à récolte égale.

Le sorgho, céréale écologique, est dernièrement devenu tendance aux États-Unis, aujourd’hui premier producteur au monde de sorgho. Sa culture progresse régulièrement et s’invite dans les assiettes.

 

A quoi ça sert le sorgho ?

  • Industrie -> Fabrication de papier et de balais !
  • Alimentation animale (sorgho fourrager) -> graines appréciées de la volaille, plante entière pouvant être ensilée en guise de fourrage.
  • Alimentation humaine (sorgho à grain)
Grains Tiges

Consommés comme du riz en Inde et en Afrique

Transformés en alcool et en bière

Réduits en farine -> biscuits, gâteau (pudding tunisien appelé droo), bouillie, galettes, semoule, etc.

Mâchées comme de la canne à sucre

Pressées pour en extraire un sirop

 

Comment utilise-t-on la farine de sorgho ?

La farine de sorgho est reconnaissable à sa couleur très particulière, brun rosé, et à sa saveur légèrement sucrée. Idéale pour tous types de préparations, salées et sucrées (pancakes, blinis, clafoutis) on peut l’utiliser jusqu’à hauteur de 40% de la quantité totale de farine de la recette.

La farine de sorgho n’est pas encore très facile à trouver en France. Ma Vie Sans Gluten la commercialise notamment depuis 2017.

 

Qu’est-ce que le sorgho apporte à mon corps ?

Naturellement dépourvu de gluten, le sorgho permet de diversifier l’alimentation des intolérants en variant les types de farines utilisées.

La farine de sorgho apporte de l’amidon, des protéines et des fibres alimentaires qui contribuent à la satiété. Il est également riche en minéraux tels que le fer, le calcium et le phosphore.

Grâce à un Index Glycémique modéré (IG 65 contre IG 95 pour la farine de riz blanche), la farine de sorgho est conseillée en mélange dans de nombreuses préparations, afin de limiter l’élévation de la glycémie.

Tout comme le mil et le millet, le sorgho aurait un rôle préventif contre diverses pathologies gastro-intestinales. Par exemple, en Afrique, on préconise le sorgho pour prévenir la formation de calculs biliaires, les ulcères gastriques ou encore les colites tandis que la médecine chinoise recommande le sorgho pour tonifier l’estomac et stopper les diarrhées. Il est également réputé pour traiter la décalcification osseuse.

 

En bref

Paré d'atouts, le sorgho a de beaux jours devant lui… à condition de lui laisser sa chance ! Que ce soit pour diversifier votre alimentation ou soutenir une agriculture durable, une fois testé, vous l’adopterez.

Produits en lien

Autres articles